Toi toi mon toit

Depuis le temps que j’y pensais, depuis le temps que j’en parlais… J’ai enfin un nouveau toit au dessus de la tête quand je zone dans le garage !

Il était une fois un toit de garage tout de mousse revêtu, tout pourri, tout cassé et tout plein d’amiante. Un jour un généreux mécène passa par là, sortit son portefeuille et décida de lui payer une belle retraite à la déchetterie. Quelques Euros plus tard, la relève était là et n’attendait plus qu’à prendre place sous le soleil ou les intempéries.

La météo annonçait du soleil pour samedi (au moins) alors j’ai appelé Arnaud pour un week-end crevant… Je pense qu’il n’a pas été déçu.

Voici le garage à 10h du matin avec ton toit tout pourri.
ssa40637.JPG

Première étape : dégager toutes les plaques de fibro-ciment plus ou moins bien fixées sur les poutres de soutien.
ssa40641.JPG ssa40643.JPG ssa40646.JPG

ssa40650.JPG ssa40655.JPG

Yeppee ! On est allé vite. Il est midi et tout est au sol, plus ou moins cassé. Il reste les poutres à dégager.

Deuxième étape : sortir la scie circulaire et découper les poutres pour les déchausser du mur.
ssa40657.JPG ssa40659.JPG ssa40662.JPG

Accident de parcours, au lieu de taper sur un chevron pour le dégager, j’ai tapé de plein fouet sur mon tibia avec le marteau de service. Douleur lancinante pendant au moins 5 minutes, ça méritais bien une petite photo 🙂 (puis une bière…)
ssa40660.JPG ssa40661.JPG

Ce garage sans toit et sans poutre est une vision assez hallucinante. Avec ce beau temps incroyable, j’ai vraiment l’impression qu’on a repeint le plafond en bleu ciel. La luminosité aussi est intense et le soleil chauffe sévèrement le front…
ssa40663.JPG ssa40664.JPG ssa40665.JPG

L’heure tourne et il manque finalement un chevron et deux madriers. Un aller-retour au magasin (15h) va nous coûter 1 heure sur notre programme.
ssa40674.JPG

Troisième étape : remettre les poutres dans leur emplacement d’origine et les fixer avec le bon matériel (on va essayer de faire moins « amateur » que ce qu’on a enlevé…). En cette fin d’après-midi, les petites bières fraiches nous font du bien.
ssa40687.JPG ssa40688.JPG ssa40691.JPG

ssa40700.JPG ssa40703.JPG ssa40705.JPG

Le petit foutoir
ssa40706.JPG

Etape 4 : il ne reste plus qu’à poser les nouvelles plaques de fibro-ciment vraiment très lourdes mais sans amiante 🙂 La fin de journée est rude et la nuit tombe déjà.
ssa40707.JPG ssa40708.JPG

Au final, nous ne sommes parvenus qu’à poser la moitié de la toiture sous la pression de l’horloge et de la fatigue.
Le reste des plaques ont été montée par votre serviteur cet après-midi et il faut encore en acheter 5 pour finir le chantier…
En attendant ça a une meilleure « gueule » avec des plaques propres et neuves…
ssa40727.JPG ssa40731.JPG

Le bilan c’est un toit tout neuf et une fatigue générale. Ce matin je me suis levé avec un mal aux pieds, au tibia, aux jambes, au dos, aux épaules, bras, aux mains, au cou et à la tête. Escalade, perçage, tronçonnage, découpage, charge, décharge, vissage et j’en passe et des meilleures, changer une toiture c’est un sport archi complet ; heureusement que ce n’est pas tous les jours…

Cool la semaine recommence, je vais pouvoir me reposer…

Laisser un commentaire