Robson 40°20'S, 10°0'W 350 km South East of Tristan da Cunha

28Juil/141

Wild Wild West

Day 13

Aujourd'hui on se lève tôt. Le réveil sonne à 6h55, c'est à dire 5h55 ancienne heure puisqu'on a pris une heure de plus en passant en Utah. On file en direction de Zion National Park, en plein territoire Mormon, ou il fait déjà plus frais (environ 38°). Il y a une centaine d'années, quelques Catholiques radicaux sont venus installer leur campement dans ces vallées rouges. Émerveillés par la beauté du décor, ils ont tous simplement nommés le coin Zion. On est quasiment au paradis ! Bref, au fur et à mesure de la route, les terres se colorent de plus en plus, les canyons s'affirment et les alentours se font de plus en plus majestueux. On se gare à l'entrée du parc car les routes sont interdites aux voitures. Le site est fragile et doit être préservé. Du coup ce sont des cars écolos qui nous baladent sur les routes du parc. On décide d'aller tout au bout et de revenir visiter les endroits qui nous semblent les plus jolis. Il suffit de lever les yeux pour admirer la magnificence des lieux. Chaque courbe, chaque rocher monumental, chaque versant du canyon est d'une beauté à couper le souffle. On dirait des montagnes de brique dans un écrin de verdure, un paradis de murs d'escalade pour les fondus de varappe. Comme dans tout canyon qui se respecte, une petite rivière coule paisiblement au fond. On la suit à pied en évitant les nombreux cactus et les prairies protégées. De nombreux écureuils gris viennent nous quémander de la nourriture et s'approchent à moins de 10cm, à se demander s'ils ne vont pas finir par nous mordre ! Il est interdit de nourrir ces bêtes (la délation est d'ailleurs encouragée) alors on se contente de les observer et de les prendre en photo. On s'arrête pour manger, un peu plus bas dans le parc et on continue à lever le nez pour mieux admirer cet endroit exceptionnel. On reprend la route, assez tôt finalement et on s'arrête à tous les points de vue. Précipices, formation rocheuses, stries, strates, dômes, falaises, dunes pétrifiées, arches en pierre, la sortie du parc semble encore plus belle que le parc lui même ! On dirait que la roche a été travaillée comme de la guimauve ! C'est fou cette impression d'avancer vers le toujours plus beau, toujours plus impressionnant. Je pense que cela tient à l'impressionnante diversité des paysages. De Km en Km l'environnement change et révèle de nouvelles surprises.

On finit par vraiment sortir de cette jolie vallée et on retrouve des paysages plus "normaux". De grandes étendues, quelques forêts, des vallées, d'autres plaines à perte de vue ou il fait bien meilleur (23°). On quitte la rocaille pour la végétation et les sommets rougeoyants de la forêt de Dixie et on arrive à Tropic, petit village mono-rue, notre lieu de résidence d'un soir. Tropic c'est 10 baraques, une station essence, une supérette, un grill et 5 motels, rien de plus. On est en plein territoire Mormon et une bible de "l'église de Jésus Christ et des Saints des derniers jours" (excusez du peu) nous est offerte avec le coucher... Intéressante approche. Je vais peut-être me convertir, qui sait ? Ici aussi il y a un grand T dessiné en haut de la colline en pierres blanches. On a eu droit au H de Hurricane, au LP de Lone Pine ; ici on raffole des initiales de patelins et on est évidemment super fier de son village, de son pays. Le temps pour nous de faire 3 courses et de manger un morceau au grill du coin qui lui aussi propose à ses clients des bibles gratos. Chez les Mormons on a le super sourire et le super sens de l'accueil. Limite un peu trop pour être honnête. Bref. Chez eux les portions sont déjà un peu plus raisonnables mais ils ne connaissent pas la vraie sauce "gravy", la leur est blanche... On s'endort au son des feux d’artifices, bizarre, on n'est pas le 4 juillet...

Day 14

BOUM ! BOUM ! BOUM ! On est réveillés à 6h pile par 3 énormes explosions. Comme si on faisait péter 3 bâtons de dynamite à quelques mètres de la chambre. Sympa le réveil du samedi matin à Tropic ! Le sens de l'hospitalité. On apprend quelques heures plus tard, par la voix du Shérif du comté de Garfield (miaou), qu'aujourd'hui c'est la fête des pionniers (comprendre l'arrivée dans le coin des premiers Mormons colonisateurs, aux alentours de 1890). Aujourd'hui, on célèbre en gros les 120 ans d'histoire du patelin. Impressionnant 🙂 Et c'est à cet égard qu'on a eu droit à un réveil... au canon ! Du coup le Shérif nous a proposé d'attendre la parade avant de partir. On s'est assis sur le trottoir (seuls) et on a vu passer 3 voitures, quelques chevaux, 2 quads montés et / ou suivis par des enfants du pays, de 5 à 80 ans. Il n'y avait strictement personne pour regarder la parade mais ils étaient contents, c'est l’essentiel... Une banderole disait "Modern Pioneers... Pray, Read, Obey & Smile". Tout un programme ! On nous jette des bonbons, c'est la tradition ; les gosses sont ravis.

On file en direction de Bryce Canyon qui n'est qu'à 5 minutes. Bryce était évidemment le premier Mormon du coin (1876) et il a aidé beaucoup d'autres vrais croyants à s'installer dans le coin. Dans le jargon, c'était un "Serial Homesteader". Bref on se gare dans l'un des petits parkings du parc (malheureusement sous une pluie légère) et on part (re)découvrir ce fameux canyon. On marche quelques mètres et on arrive devant un gouffre de rouges et d'ocre, finement sculpté. Le spectacle est saisissant et nous arrache à tous un wow d'ébahissement. C'est vrai que c'est sublime. Tout le flanc de la montage, que l'on découvre en demi-cercle, présente ces sculptures magiques, les hoodoos. L'érosion a fait son œuvre et à fait "fondre' les terres les plus molles, les plus friables pour ne conserver que ces pierres de sable rouge, jaune, ocre, rose... Vraiment à couper le souffle, encore... La visite est vite faite et le Canyon ne s'étale pas sur de trop grandes distances. On marche sur la crête pour découvrir les différents points de vue et prendre toujours plus de photos, surtout que le soleil revient !

On pic-nique et on finit par quitter les lieux vers 16h après une visite au "Rock shop" du coin qui propose pierres locales, minéraux, fossiles et bois pétrifiés. Les enfants font leur petit marché.

On est en route pour Page, un peu plus au Sud, en limite d'Arizona. On passe par Kanab qui a évidemment son méga K imprimé sur la montagne et on plonge droit sur le Lac Powell. En route on passe par des plaines immenses où les routes rectilignes filent jusqu'à l'horizon. Sur la gauche se dressent des "mesas", sortes de monts isolés au sommet plat. Ils sont rouges sang ; on sent l'influence du Grand Canyon. Plus on s'approche de Page, plus les environs se creusent et se dessinent. Les collines sont ciselées et sont semblables à des desserts, avec des couches successives de crème et de chocolat. Un vrai tiramisu !! Sur la route on double et on croise un nombre incroyable de voitures remorquant un bateau. Salt Lake City n'est qu'à 4h d'ici et le Lac Powell attire les citadins. On finit par apercevoir des méandres de ce fameux lac aux eaux bleu métal dans un décor grandiose, au fond d'une vallée infinie. On s'arrête à un dernier point de vue pour admirer le paysage. C'est éblouissant. Pas uniquement à cause du beau soleil mais bien à cause de ce bleu profond, de cette marina, des canyons gris et argent qui servent de fond au décor, du barrage de Glenn Canyon sur la droite, de l'immensité du paysage et de la vue à 360°. C'est épuisant tellement c'est beau.

On finit les 5 minutes de route vers Page, ville fondée en... 1957. C'est incroyable de savoir que cette ville n'a que 57 ans... Le Guide du Routard en parle comme d'un "morne bled d'Amérique profonde, écrasé par le soleil et perché sur Manson Mesa dominant la rive Sud du Lac Powell"... Tout un programme !

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. la suite ! la suite ! la suite !!!!!


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant