Robson 40°20'S, 10°0'W 350 km South East of Tristan da Cunha

20Juil/140

Welcome to San Francisco

Nous voilà de nouveau en Amérique, de retour aux US et cette fois partis pour le grand Ouest ! 30 ans pile que je n'étais pas retourné dans cette région du globe (été 1984 - été 2014). Et dire que je suis assez vieux pour dire ça ! Ce voyage se fait toujours en famille mais on a sauté une, voire deux générations...

Partis de Paris hier, on s'est installés à l'arrière de l'avion (A330-200 de XL Airways), Flore avec Nath et moi avec Caitlin. 11 heures de temps de vol c'est long... Surtout en classe éco avec des enfants. Heureusement qu'on avait préparé des activités et de quoi s'occuper. Mais le temps passe doucement, bien doucement, trop doucement surtout lorsqu'il n'y a pas de TV dans le siège de devant 🙁 Le hublot nous a permis de jeter quelques coups d’œil dehors et surtout d'admirer le Groenland. Quelle magnificence ! Une eau bleue foncée, des berges turquoise, des icebergs (je n'en avais jamais vu), des roches, des montagnes, des fjords, des glaciers, des étendues blanches à perte de vue. Vraiment magnifique. D'ailleurs tous les passagers se sont levés pour coller leur nez au hublot et profiter un peu de ce paysage exceptionnel. Plus tard j'ai pu apprécier les étendues improbablement désertiques du Nevada, la végétation éparse de la Sierra Nevada, puis les cultures de la région de Sacramento. Cette arrivée m'inspire. Je regarde la vie en dessous de moi, j'essaye d'imaginer le quotidien des habitants, leur mentalité, leur culture, le style de leurs voitures, de leurs maisons, leur vie au jour le jour... J'observe l'immensité, les routes sans obstacles à contourner, la nature... Tout cela m'inspire.

On finit par arriver sur la baie de San Francisco. Un temps clair, du soleil et un hublot, il n'en fallait pas plus pour apprécier cette arrivée avec une vue parfaite sur le Golden Gate, Alcatraz, Oakland, le centre ville de SF, les réserves naturelles de la baie, des espèces de marais salants, les marinas de Foster City... Puis un atterrissage au mythique aéroport de SFO...

J'ai du mal à réaliser que je suis si loin. Que je suis arrivé à l'autre bout des États-Unis, que je SUIS aux États-Unis...

Day 1
C'est dimanche. Petit déjeuner café / peanut butter et on part a pied découvrir le quartier avec nos deux guides français. Direction le AT&T Park qui n'est qu'à quelques centaines de mètres de l’appartement. Ici ce n'est pas le football américain qui déplace les foules mais bien le baseball. San Francisco c'est l'équipe des Giants et il y a des fans. Aujourd'hui c'est jour de match et tout le monde converge vers le "ball park". Le t-shirt, la casquette ou le short des Giants est de rigueur ! Hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux, tout y passe, les matchs sont une occasion de se retrouver en famille.

On poursuit notre balade sur le front de mer en direction du Nord. Il ne fait pas franchement chaud à San Francisco. C'est l'indécision permanente entre pull, t-shirt et coupe vent. On s'habille et on se déshabille en fonction des zones d'ombre et de soleil, c'est vraiment étonnant. A SF, il y a une 2eme couche de nuages sous les nuages "normaux". Une couche de nuages bas qui restent accrochés au relief environnant. Il apparait, se déplace, se dissipe et réapparait en un rien de temps. C'est étonnant.

On continue notre balade en passant sous le Bay Bridge et on s'arrête déjeuner dans un "burger joint" dans le quartier de l'Embaracadero pour regarder un peu de la finale du Mondial de foot 2014. L'aprèm, c'est chasse au Jeans Levis pour moi (le moins cher m'a coûté 25$ en soldes...) et visite du centre ville. En fin d'après midi, on décide de prendre le "cable car" (sorte de tram vintage tiré par un câble dissimulé dans le sol) pour aller à Fisherman's Wharf, tout au Nord. On voit les rues en pente typiques de SF, celles des films et des séries américaines. On y imagine quelques courses poursuite de folie avec vol plané au ralenti...

Fisherman's Warf, c'est LE quartier touristique, avec les magasins de souvenirs, de bonbons, les fastfood... La spécialité du coin c'est le crabe et on en vend tous les 10 mètres. Personnellement, aucune envie de manger du crabe dans tous ces bouibouis douteux. On passe notre chemin. On poursuit la balade en nous rendant sur la jetée de l'Aquatic Park Pier qui donne une vue à 360° sur SF, Alcatraz et le Golden Gate. Une belle fin d'après midi avec en bonus l'apparition d'une petite otarie !
C'est l'heure de repartir. On fait quelques courses au supermarché, temple de la malbouffe et de la bizarrerie alimentaire et on rentre pour diner.

Day 2
Aujourd'hui c'est Vélo ! On retourne tout au Nord de la ville, à Fisherman's Wharf, tout d'abord pour récupérer les lunettes de soleil que Nath a perdu la veille (!) puis pour louer nos véhicules du jour. On arrive relativement tard, vers 12:30 mais on trouve tout de même vélo à nos jambes... A chacun son vélo, sauf Caitlin qui est assise sur une sorte de vélo-remorque attachée à mon porte bagages. Très efficace, léger et ludique pour Caitlin qui n'aurait jamais pu suivre le rythme !

On fait toute la côte Nord, en se rapprochant du Golden Gate Bridge. On s'arrête de temps en temps sur les plages pour regarder le paysage et prendre quelques photos. Il n'y a pas beaucoup de monde mais il y a un vent de folie, au sens propre... On monte jusqu'au début du Golden Gate et on emprunte la piste cyclable de ce pont mythique. Il y a pas mal de monde la-haut mais surtout une vue imprenable sur la baie et sur la ville. On avance tranquillement tout en profitant du caractère exceptionnel de la balade. Arrivés de l'autre côté du pont, on descend vers la ville touristique de Sausalito avec beaucoup d'autres cyclistes.

L'idée c'est de prendre le Ferry pour revenir vers SF et rendre les vélos. Mais le hic, c'est qu'on n'a pas réservé notre retour (comme une centaine d'autres personnes) et que le système de queue / réservation / achat de billets est pourri. Comme tous les autres malchanceux, on attend plus de 2h30 avant de pouvoir monter sur un bateau. On en profite pour acheter des glaces. 3,50 $ la boule c'est cher mais sachant que chaque boule de glace fait un kilo, du coup ça devient bon marché. Les portions ici sont incroyables. On finit par monter sur le ferry, rejoindre la ville et rendre les vélos 5 minutes avant la fermeture. En bon Français, je râle en reprochant au vendeur de ne pas nous avoir prévenu du piège du ferry. Et hop, un discount de 5 Dolls. Sont commerçants ces Américains, c'est bien.

Day 3
Aujourd'hui on est reparti pour quelques courses de vêtements dans le centre ville. On est à San Francisco après tout, on a voyagé léger, il faut en profiter ! Après quelques errements dans les malls américains on est rentré manger à l'appart de Jean-Marc et Anne avant de repartir en direction de Chinatown et ses mystères ! Quelques rues farcies de magasins de toutes sortes, de bazars, de vendeurs de légumes bizarres et de poudres en tous genres. Des rues animées et assez sales mais sympa à parcourir. On finit bien par acheter 2 ou 3 bêtises, comme des insectes piégés dans de la résine (pour les enfants je précise...).

Le soir on déménage chez des amis de Jean Marc qui nous prêtent gentiment leur appartement idéalement situé à l'extrême Nord de l'avenue Van Ness, juste histoire d'avoir un peu d'intimité et d'espace supplémentaire. Mais c'était sans compter la faible épaisseur des murs de l'appartement et la circulation monstre de ce boulevard. Bus, éboueurs, cars, pick-ups, motos, V6, V12, V1653765 aussi apparemment et j'en passe ! Un bruit constant du soir au matin et même des vibrations jusque dans le lit... de quoi réveiller les morts. Inutile de décrire la courte nuit et notre trogne au petit matin. Il n'en fallait pas moins pour demander à nos amis un rapatriement sanitaire d'urgence vers leur appart, au nom de l'amitié et de la pitié 🙂

Day 4
La tête à l'envers on part déjeuner dans un petit "diner" au coin de la rue, l'image d’Épinal du snack où l'on peut s'attabler au bar, sur des chaises hautes et boulotter un p'tit dej consistant. On a commandé des jus de fruits, du café, des pancakes au sirop d'érable, des œufs au bacon, des toasts et de l'oatmeal, c'est à dire de la bouillie... bref de quoi tenir la journée.

Chargés de calories, on file en direction du parc du Golden Gate (complètement à l'Ouest de la SF) pour louer de nouveau des vélos. Cette petite remorque, le "taggle-on" est parfaite pour Caitlin qui n'a qu'à se laisser guider et apprécier le paysage ! On entame donc la traversée de ce parc immense (plus de 3 miles de large) pour rejoindre la plage bordant le Pacifique. On en profite pour toucher l'eau glaciale du Pacifique. Une première ! Déjeuner sur le pouce à la plage et retour vers la ville, toujours en vélo. La montée est bizarrement bien plus difficile que la légère pente de l'aller, je ne sais pas trop pourquoi ! Après avoir perdu l'équivalent de 3 poumons on arrive à notre point de départ que l'on dépasse pour aller voir les "Painted Ladies" (maisons de style victorien, très joliment peintes) et les autres maisons du quartier de "Haight" très délicatement décorées elles aussi. Là encore de fortes montées et de bonnes descentes qui nous ont obligé à descendre du vélo à plusieurs reprises pour marcher / pousser. On finit par le bout de Haight street, haut lieu du hippisme San Franciscain et de la cool attitude (très similaire à Camden street à Londres). Une journée super sportive qui nous a permis d'apprécier l'incroyable diversité de SF, tant sur le plan de l'architecture, que de l'ambiance des quartiers ou de la dualité nature/béton.

Le soir on part se perdre dans les bas fonds de Mission Street, quartier très populaire du Sud de SF, où l'on a goûté à de la bonne cuisine libanaise. US oblige on est repartis avec un doggy bag... Et la nuit fut bonne !

Day 5
Aujourd’hui c'est graffiti !

Nous voilà dans le quartier de Castro avec Anne comme guide. Castro c'est le quartier gay de SF, celui où Harvey Milk a fait des siennes. La rue principale est une successions de petites boutiques. Fringues, accessoires de fumette, disquaires, cafés, clubs... La rue est très animée, très vivante et les "habitants" sont également hauts en couleur. Mention spéciale à un monsieur très musclé qui se baladait sur le trottoir d'en face en jupe et baskets, rien d'autre. Ici on s'aime quel que soit le sexe, on s’habille comme on veut, on prend le temps, on se coiffe ou pas, plus grand chose n'a d'importance. On continue notre marche vers "Mission Dolores", une basilique abritant une chapelle exceptionnelle : le plus vieux monument de SF !

Une pizza plus tard on continue notre chemin vers Mission Street et Garfield Square pour admirer les immenses fresques murales peintes sur les façades de certains immeubles. De vraies œuvres d'art que l'on retrouve ruelle après ruelle et qui racontent souvent les difficultés de l'immigration. Pas franchement des graffitis mais des graphs colorés et intelligents. Une balade authentique, peu touristique et qui nous plonge dans la vie de quartiers populaires de SF.

Le soir, pour notre dernier diner avec nos hôtes, on part manger du poisson au Mission Rock Resort. Des plats étonnamment fins au pays de la grosse bouffe. Une agréable touche de subtilité pour signer notre départ de la capitale californienne !

Pour finir, je voudrais consigner ici quelques impressions que je n'ai pas eu l'occasion de glisser plus haut.

Tout d'abord j'ai été vraiment frappé par la pauvreté à SF. Des SDF rue après rue, dans le métro, dans les quartiers chics, à l'entrée des magasins, sur les grandes avenues et ailleurs. C'est incroyable de voir à quel point les riches côtoient les ultra pauvres et à quel point ces ultra pauvres sont transparents. On dirait des âmes en peine qui errent au milieu de gens qui ne les voient pas. C'est bizarre. Et puis ces SDF sont la plupart du temps complètement camés ce qui rend la scène encore plus surréaliste.

Aux États-Unis, la vie est CHÈRE ! Heureusement que la parité Euro/Dollar reste intéressante pour nous mais quand on voit dans les magasins que rien n'est en dessous du dollar, c'est étonnant. Une sucette ? 1 Dollar. Un litre d'eau ? 1.20 Dollar. Du pain de mie tranché ? 4 Dollars. Les fruits et légumes ? Fermez les yeux. Ici pour manger sain, il faut éclater son compte en banque ! J'étais persuadé que les États-Unis étaient le paradis des bonnes affaires mais force est de constater qu'il est bien difficile de faire de menues économies !
Sans transition la bouffe dans les supermarchés c'est compliqué. Non seulement on manque de repère par rapport à nos produits habituels mais c'est surtout la profusion de chips/glaces/biscuits/bonbons/pâtisseries/charcuterie/céréales/sauces/etc... qui désoriente ! La tentation est partout ! Le sucre, le sucre, le sucre ! Sans compter nos réticences d'Européens face à la viande américaine. Gonflée à l'eau salée, finie aux colorants, farcie de conservateurs quand ce ne sont pas des antibiotiques ou des hormones... Obama a du boulot pour rattraper la malbouffe aux US...
Du coup ici on n'a jamais l'impression d'avoir faim tant les portions sont grosses. De la glace au burger en passant même par la salade, les quantités servies sont disproportionnées par rapport à l'estomac humain... Ce qui est encore plus étonnant c'est qu'à SF on n'a pas croisé tant d'obèses que ça. On verra si on en voit plus sur la suite du voyage.

Les bagnoles ! Haaaaa les bagnoles !! Je n'ai pas fini d'en parler... Je dois croiser au bas mot 20 Mustangs par jour. Ça me fait du bien aux yeux et aux oreilles... Je ne parle pas des pick-up RAM de 3500 Cm cube qui font un bruit d'enfer, ni des Dodge Challenger/Charger etc... qui font vibrer l'asphalte à chaque coup d'accélérateur. Aux US la grosse bagnole est reine. SUV, 4x4, crossover, décapotable... Il faut qu'elle soit (très) grosse ou puissante et si possible les deux... Bref c'est un plaisir chaque jour de voir ces énormes bestioles dévaler les routes...

Merci encore, Anne et Jean-Marc, pour votre accueil et votre amitié !

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant