Robson 40°20'S, 10°0'W 350 km South East of Tristan da Cunha

31Juil/141

Moab

Day 17

On prend un peu notre temps ce matin, le soleil brille de nouveau. Pendant le petit déjeuner on observe les colibris qui viennent butiner une mangeoire à eau sucrée. C'est rare et ravissant. Ici ça pullule de colibris, il y en a partout ! Comme les Français. Je le disais dans l'un de mes précédents articles, mais là ça vire à l'invasion, c'est vraiment désagréable. Nos voisins de chambre sont Français, nos voisins de table aussi, ainsi que les gens qu'on croise dans les magasins, au restaurant... On veut du dépaysement !! Bref en ce mardi matin on laisse tous nos compatriotes partir et on profite de la piscine. On est seuls (avec les colibris) et les enfants font les fous dans l'eau et je leur apprends à plonger. Il ne nagent sans brassards que depuis 10 jours, il ne faut pas trop leur en demander !
On file du motel pour visiter le "fort" de Bluff, en fait la reconstitution du campement des Mormons qui sont arrivés ici début 1900. Les cabanes sont intéressantes à visiter et donnent un bon aperçu de la rudesse de la vie de ces "pionniers". Un magasin propose beaucoup de souvenirs locaux (dont des bibles, des DVD et des artefacts religieux à la gloire de vous savez quelle église). On repart sans rien et on retourne déjeuner au Twin Rocks Café (celui qui sert le pain frit Navajo, gras, croustillant et délicieux). On comprend enfin comment les choses fonctionnent au restau dans ce pays. On prend 2 plats adulte qu'on se partage à 4. C'est l'équilibre parfait. Par contre je ne me fais toujours pas à l'obsession des serveurs pour l'eau glacée et pour le débarrassage instantané des assiettes. Franchement ils ne nous laissent pas avaler la dernière bouchée, c'est agaçant ! Comme si la vue d'une assiette sale était vraiment incommodante pour les clients. Alors que pour nous Français c'est le signe agréable d'un repas terrassé. Une autre chose qui me dépasse aussi c'est l'empressement des serveurs à nous amener la note. Souvent même avant de nous proposer des desserts. On se serait bien laissé tenté par une sucrerie, au pire on n'aurait fait que parcourir la carte des "desserts" mais non. C'est direct la note agrémentée d'un "take your time". Prenez votre temps mais maintenant c'est l'heure de payer et de vous barrer.

Bref on quitte Bluff vers 15h sous un ciel. Je promets que c'était vers 15h et que je dis la vérité ! On prend la route vers le Nord-Est en direction de Arches National Parc. On fait quelques Km et au détour d'un virage on voit un ciel noir à l'horizon. Pire qu'hier. Une masse sombre à faire peur et évidemment on se dirige droit dessus. On remarque des petites tornades aux alentours et des éclairs immenses. Ca va barder. On rentre dans l'orage et on conduit sous des trombes d'eau. Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu tant d'eau, les gouttes semblent énormes et je n'y vois pas à 30 mètres. Une pluie lourde nous suit jusqu'à notre arrivée à Moab, paradis des trekkers, rafters, mountain bikers et autres grimpeurs. On arrive à l’hôtel très tôt, vers 16h30 mais il pleut tellement qu'on n'a pas la moindre idée d'où on est. Les éclairs tombent tout près et le tonnerre éclate instantanément. iiich. On nous apprend à l'accueil qu'une panne d'électricité nous empêche de prendre possession de la chambre et du coup on en profite pour aller visiter les alentours. On part sous la pluie et à 10/15 minutes de marche découvrir une cascade qui ne coule que les jours de pluie. Autant dire qu'aujourd'hui elle a du débit ! On se trouve juste en dessous de la cascade ; quelques américains se placent sous la chute d'eau et hurlent. Ils doivent vraiment manquer d'eau ici... L'un de ceux qu'on croise n'a pas l'air net du tout, il a un œil au beurre noir et l'arcade blessée. Je lui souris, c'est que je n'ai pas envie de finir ma vie ici, dans ce sous bois paumé d'un bled de l'Utah... On finit par revenir à l'hôtel et à rentrer dans la chambre, finalement bien plus classieuse que prévu. Après un tour à la piscine, on part diner dans un grill à la carte intéressante. Au menu : pain de viande de buffle, ragoût d'élan et ribs grillés.

Day 18

Le soleil est déjà levé à Moab et ça fait du bien après tous ces épisodes pluvieux ! On plie bagages et on file vers Arches après un petit dej léger. L'arrivée dans le parc me fait penser à Monument Valley : des pierres rouges, dressées ça et là, des formes diverses et étonnantes. Ces roches sont un peu comme les nuages, on peut y voir différentes choses et fonction de son point de vue et de son imagination. Une main, un animal, un visage, un profil... C'est vraiment très joli. Ces colonnes souvent surmontées d'un ridicule caillou (quand il ne s'agit pas d'un chapeau) me font penser à des totems. On parcourt le parc en voiture selon un itinéraire établi et je suis agréablement surpris par le peu de monde qui nous précède. L'endroit me semble vaste et bien pourvu en points de vue. Les formations rocheuses se regroupent en sites assez distincts qu'on peut visiter un à un. Nous on va tout au fond du parc selon la vieille technique Apache du "va au bout, tu verras bien". On part faire une marche à la recherche de quelques jolies arches. On marche sur un chemin (avec quelques autres touristes bien sur), le paysage est aussi beau que le temps. Des colonnes de roche se dressent à gauche et à droite, on admire ce que la nature a mis des milliers, des millions d'années à sculpter. Après une première arche en pierre, on arrive au pied d'un pan escarpé. On décide de continuer entre hommes cette petite randonnée. On gravit les roches très escarpées et on arrive tout en haut pour découvrir un panorama hors du commun. On voit presque à 360°, quelques nuages blancs moutonnent à l'horizon. Je resterais bien la haut une heure pour profiter de la vue exceptionnelle et du calme mais j'ai peur que les filles s'inquiètent de notre absence. J'aurais également bien aimé continuer la marche vers d'autres arches moins accessibles et donc moins touristiques mais on n'a pas le temps... Une autre fois peut-être. On repart et on s'arrête plusieurs fois pour admirer la diversité des couleurs de certains vallons, de certaines collines. On finit notre visite par les "Windows", ensemble d'arches magnifiques et accessibles de près. On gravit des escaliers pour les atteindre et on se campe en dessous pour en admirer la grandeur. L'énorme arc de pierre qui se trouve au dessus de nos têtes nous procure une ombre bienvenue. On se pose un moment pour profiter. On reprend l'unique route, en sens inverse, pour sortir de ce lieu fabuleux.

Il est presque 16h et il fait faim. On se rend au Moab Diner que l'on avait repéré hier sur Main Street (il y a toujours une "Main Street" dans les villages américains !). On entre et c'est comme dans mes rêves de "diners". Des petites banquettes face à face un peu partout, quelques néons et des serveuses qui passent aux tables avec une carafe de café à la main. Ils servent les petits déjeuners à toute heure. Du coup on se commande un mix de pancakes, de toasts beurrés, d’œufs au plat, de sandwich, de bacon, de patates, de poivrons.... Un déjeuner/goûter consistant, savoureux et authentiquement américain. Puisque l'endroit fait aussi "ice cream bar" on en profite pour commander 2 boules par adulte, 1 boule par enfant. On n'apprend décidément pas de nos erreurs... Les boules sont ÉNORMES. D'ailleurs ce ne sont pas des boules, ce sont des talochées, des blocs, des pâtés de crème glacée. Non content de remplir le pot plus qu'à rabord, le serveur récidive et nous double la quantité. Rocky Road + Peanut Butter Scotch, ça va faire mal... Culinairement / nutritionnellement parlant ce repas est un massacre. La St Barthélémy de la bouffe, mais bon... Je parviens tant bien que mal à finir ma glace mais ça a été franchement dur. Et puis je n'aime pas gaspiller. Autant dire que ce soir c'est un raisin et au lit !

On prend la route, plombés comme des parpaings, en direction du parc de Mesa Verde. En chemin on voit de nouveau le paysage se transformer rapidement. C'est vraiment incroyable cette diversité ! On quitte l'Utah et on entre dans l'état du Colorado. Il n'y a plus de désert, plus le moindre. A la place ce sont des hectares de cultures, notamment de blé, de luzerne et de haricots. On a croisé beaucoup de magasins de "beans", c'est rigolo. On voit des fermes, des silos à grains, des canaux d'irrigation. Tout est vert ici, tout est cultivé, à une heure de Moab... On finit par arriver à Cortez, notre lieu de villégiature d'un soir. Flore nous a réservé un motel... comment dire ? Premier prix ? Je pense que c'est le pire endroit qu'on ait connu jusqu'à présent 🙂 C'est loin d'être horrible mais l'endroit est plutôt vétuste. Nos voisins ne sont plus Français, mais en majorité hispaniques et pas franchement du type touriste ; on diraitplutôt de vieux routiers. Sympa ! L'odeur de la chambre n'a d'égale que les nombreuses traces de cigarettes sur le bord de l'évier de la SDB. Tout va bien ! Allez on ne reste ici qu'une nuit. La suite demain...

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Coucou les enfants!!
    Je suis accro à vos périgrinations et j’en lis un peu tous les soirs….j’en suis au jour 10……vallée de la mort!!
    Vos photos sont super. Bonne continuation et bravo au narrateur, on est (presque) avec vous!!
    Bisous, bisous à tous les 4.
    Mamy Sylv


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant