Robson 40°20'S, 10°0'W 350 km South East of Tristan da Cunha

20Juil/140

Welcome to San Francisco

Nous voilà de nouveau en Amérique, de retour aux US et cette fois partis pour le grand Ouest ! 30 ans pile que je n'étais pas retourné dans cette région du globe (été 1984 - été 2014). Et dire que je suis assez vieux pour dire ça ! Ce voyage se fait toujours en famille mais on a sauté une, voire deux générations...

Partis de Paris hier, on s'est installés à l'arrière de l'avion (A330-200 de XL Airways), Flore avec Nath et moi avec Caitlin. 11 heures de temps de vol c'est long... Surtout en classe éco avec des enfants. Heureusement qu'on avait préparé des activités et de quoi s'occuper. Mais le temps passe doucement, bien doucement, trop doucement surtout lorsqu'il n'y a pas de TV dans le siège de devant 🙁 Le hublot nous a permis de jeter quelques coups d’œil dehors et surtout d'admirer le Groenland. Quelle magnificence ! Une eau bleue foncée, des berges turquoise, des icebergs (je n'en avais jamais vu), des roches, des montagnes, des fjords, des glaciers, des étendues blanches à perte de vue. Vraiment magnifique. D'ailleurs tous les passagers se sont levés pour coller leur nez au hublot et profiter un peu de ce paysage exceptionnel. Plus tard j'ai pu apprécier les étendues improbablement désertiques du Nevada, la végétation éparse de la Sierra Nevada, puis les cultures de la région de Sacramento. Cette arrivée m'inspire. Je regarde la vie en dessous de moi, j'essaye d'imaginer le quotidien des habitants, leur mentalité, leur culture, le style de leurs voitures, de leurs maisons, leur vie au jour le jour... J'observe l'immensité, les routes sans obstacles à contourner, la nature... Tout cela m'inspire.

On finit par arriver sur la baie de San Francisco. Un temps clair, du soleil et un hublot, il n'en fallait pas plus pour apprécier cette arrivée avec une vue parfaite sur le Golden Gate, Alcatraz, Oakland, le centre ville de SF, les réserves naturelles de la baie, des espèces de marais salants, les marinas de Foster City... Puis un atterrissage au mythique aéroport de SFO...

J'ai du mal à réaliser que je suis si loin. Que je suis arrivé à l'autre bout des États-Unis, que je SUIS aux États-Unis...

Day 1
C'est dimanche. Petit déjeuner café / peanut butter et on part a pied découvrir le quartier avec nos deux guides français. Direction le AT&T Park qui n'est qu'à quelques centaines de mètres de l’appartement. Ici ce n'est pas le football américain qui déplace les foules mais bien le baseball. San Francisco c'est l'équipe des Giants et il y a des fans. Aujourd'hui c'est jour de match et tout le monde converge vers le "ball park". Le t-shirt, la casquette ou le short des Giants est de rigueur ! Hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux, tout y passe, les matchs sont une occasion de se retrouver en famille.

On poursuit notre balade sur le front de mer en direction du Nord. Il ne fait pas franchement chaud à San Francisco. C'est l'indécision permanente entre pull, t-shirt et coupe vent. On s'habille et on se déshabille en fonction des zones d'ombre et de soleil, c'est vraiment étonnant. A SF, il y a une 2eme couche de nuages sous les nuages "normaux". Une couche de nuages bas qui restent accrochés au relief environnant. Il apparait, se déplace, se dissipe et réapparait en un rien de temps. C'est étonnant.

On continue notre balade en passant sous le Bay Bridge et on s'arrête déjeuner dans un "burger joint" dans le quartier de l'Embaracadero pour regarder un peu de la finale du Mondial de foot 2014. L'aprèm, c'est chasse au Jeans Levis pour moi (le moins cher m'a coûté 25$ en soldes...) et visite du centre ville. En fin d'après midi, on décide de prendre le "cable car" (sorte de tram vintage tiré par un câble dissimulé dans le sol) pour aller à Fisherman's Wharf, tout au Nord. On voit les rues en pente typiques de SF, celles des films et des séries américaines. On y imagine quelques courses poursuite de folie avec vol plané au ralenti...

Fisherman's Warf, c'est LE quartier touristique, avec les magasins de souvenirs, de bonbons, les fastfood... La spécialité du coin c'est le crabe et on en vend tous les 10 mètres. Personnellement, aucune envie de manger du crabe dans tous ces bouibouis douteux. On passe notre chemin. On poursuit la balade en nous rendant sur la jetée de l'Aquatic Park Pier qui donne une vue à 360° sur SF, Alcatraz et le Golden Gate. Une belle fin d'après midi avec en bonus l'apparition d'une petite otarie !
C'est l'heure de repartir. On fait quelques courses au supermarché, temple de la malbouffe et de la bizarrerie alimentaire et on rentre pour diner.

Day 2
Aujourd'hui c'est Vélo ! On retourne tout au Nord de la ville, à Fisherman's Wharf, tout d'abord pour récupérer les lunettes de soleil que Nath a perdu la veille (!) puis pour louer nos véhicules du jour. On arrive relativement tard, vers 12:30 mais on trouve tout de même vélo à nos jambes... A chacun son vélo, sauf Caitlin qui est assise sur une sorte de vélo-remorque attachée à mon porte bagages. Très efficace, léger et ludique pour Caitlin qui n'aurait jamais pu suivre le rythme !

On fait toute la côte Nord, en se rapprochant du Golden Gate Bridge. On s'arrête de temps en temps sur les plages pour regarder le paysage et prendre quelques photos. Il n'y a pas beaucoup de monde mais il y a un vent de folie, au sens propre... On monte jusqu'au début du Golden Gate et on emprunte la piste cyclable de ce pont mythique. Il y a pas mal de monde la-haut mais surtout une vue imprenable sur la baie et sur la ville. On avance tranquillement tout en profitant du caractère exceptionnel de la balade. Arrivés de l'autre côté du pont, on descend vers la ville touristique de Sausalito avec beaucoup d'autres cyclistes.

L'idée c'est de prendre le Ferry pour revenir vers SF et rendre les vélos. Mais le hic, c'est qu'on n'a pas réservé notre retour (comme une centaine d'autres personnes) et que le système de queue / réservation / achat de billets est pourri. Comme tous les autres malchanceux, on attend plus de 2h30 avant de pouvoir monter sur un bateau. On en profite pour acheter des glaces. 3,50 $ la boule c'est cher mais sachant que chaque boule de glace fait un kilo, du coup ça devient bon marché. Les portions ici sont incroyables. On finit par monter sur le ferry, rejoindre la ville et rendre les vélos 5 minutes avant la fermeture. En bon Français, je râle en reprochant au vendeur de ne pas nous avoir prévenu du piège du ferry. Et hop, un discount de 5 Dolls. Sont commerçants ces Américains, c'est bien.

Day 3
Aujourd'hui on est reparti pour quelques courses de vêtements dans le centre ville. On est à San Francisco après tout, on a voyagé léger, il faut en profiter ! Après quelques errements dans les malls américains on est rentré manger à l'appart de Jean-Marc et Anne avant de repartir en direction de Chinatown et ses mystères ! Quelques rues farcies de magasins de toutes sortes, de bazars, de vendeurs de légumes bizarres et de poudres en tous genres. Des rues animées et assez sales mais sympa à parcourir. On finit bien par acheter 2 ou 3 bêtises, comme des insectes piégés dans de la résine (pour les enfants je précise...).

Le soir on déménage chez des amis de Jean Marc qui nous prêtent gentiment leur appartement idéalement situé à l'extrême Nord de l'avenue Van Ness, juste histoire d'avoir un peu d'intimité et d'espace supplémentaire. Mais c'était sans compter la faible épaisseur des murs de l'appartement et la circulation monstre de ce boulevard. Bus, éboueurs, cars, pick-ups, motos, V6, V12, V1653765 aussi apparemment et j'en passe ! Un bruit constant du soir au matin et même des vibrations jusque dans le lit... de quoi réveiller les morts. Inutile de décrire la courte nuit et notre trogne au petit matin. Il n'en fallait pas moins pour demander à nos amis un rapatriement sanitaire d'urgence vers leur appart, au nom de l'amitié et de la pitié 🙂

Day 4
La tête à l'envers on part déjeuner dans un petit "diner" au coin de la rue, l'image d’Épinal du snack où l'on peut s'attabler au bar, sur des chaises hautes et boulotter un p'tit dej consistant. On a commandé des jus de fruits, du café, des pancakes au sirop d'érable, des œufs au bacon, des toasts et de l'oatmeal, c'est à dire de la bouillie... bref de quoi tenir la journée.

Chargés de calories, on file en direction du parc du Golden Gate (complètement à l'Ouest de la SF) pour louer de nouveau des vélos. Cette petite remorque, le "taggle-on" est parfaite pour Caitlin qui n'a qu'à se laisser guider et apprécier le paysage ! On entame donc la traversée de ce parc immense (plus de 3 miles de large) pour rejoindre la plage bordant le Pacifique. On en profite pour toucher l'eau glaciale du Pacifique. Une première ! Déjeuner sur le pouce à la plage et retour vers la ville, toujours en vélo. La montée est bizarrement bien plus difficile que la légère pente de l'aller, je ne sais pas trop pourquoi ! Après avoir perdu l'équivalent de 3 poumons on arrive à notre point de départ que l'on dépasse pour aller voir les "Painted Ladies" (maisons de style victorien, très joliment peintes) et les autres maisons du quartier de "Haight" très délicatement décorées elles aussi. Là encore de fortes montées et de bonnes descentes qui nous ont obligé à descendre du vélo à plusieurs reprises pour marcher / pousser. On finit par le bout de Haight street, haut lieu du hippisme San Franciscain et de la cool attitude (très similaire à Camden street à Londres). Une journée super sportive qui nous a permis d'apprécier l'incroyable diversité de SF, tant sur le plan de l'architecture, que de l'ambiance des quartiers ou de la dualité nature/béton.

Le soir on part se perdre dans les bas fonds de Mission Street, quartier très populaire du Sud de SF, où l'on a goûté à de la bonne cuisine libanaise. US oblige on est repartis avec un doggy bag... Et la nuit fut bonne !

Day 5
Aujourd’hui c'est graffiti !

Nous voilà dans le quartier de Castro avec Anne comme guide. Castro c'est le quartier gay de SF, celui où Harvey Milk a fait des siennes. La rue principale est une successions de petites boutiques. Fringues, accessoires de fumette, disquaires, cafés, clubs... La rue est très animée, très vivante et les "habitants" sont également hauts en couleur. Mention spéciale à un monsieur très musclé qui se baladait sur le trottoir d'en face en jupe et baskets, rien d'autre. Ici on s'aime quel que soit le sexe, on s’habille comme on veut, on prend le temps, on se coiffe ou pas, plus grand chose n'a d'importance. On continue notre marche vers "Mission Dolores", une basilique abritant une chapelle exceptionnelle : le plus vieux monument de SF !

Une pizza plus tard on continue notre chemin vers Mission Street et Garfield Square pour admirer les immenses fresques murales peintes sur les façades de certains immeubles. De vraies œuvres d'art que l'on retrouve ruelle après ruelle et qui racontent souvent les difficultés de l'immigration. Pas franchement des graffitis mais des graphs colorés et intelligents. Une balade authentique, peu touristique et qui nous plonge dans la vie de quartiers populaires de SF.

Le soir, pour notre dernier diner avec nos hôtes, on part manger du poisson au Mission Rock Resort. Des plats étonnamment fins au pays de la grosse bouffe. Une agréable touche de subtilité pour signer notre départ de la capitale californienne !

Pour finir, je voudrais consigner ici quelques impressions que je n'ai pas eu l'occasion de glisser plus haut.

Tout d'abord j'ai été vraiment frappé par la pauvreté à SF. Des SDF rue après rue, dans le métro, dans les quartiers chics, à l'entrée des magasins, sur les grandes avenues et ailleurs. C'est incroyable de voir à quel point les riches côtoient les ultra pauvres et à quel point ces ultra pauvres sont transparents. On dirait des âmes en peine qui errent au milieu de gens qui ne les voient pas. C'est bizarre. Et puis ces SDF sont la plupart du temps complètement camés ce qui rend la scène encore plus surréaliste.

Aux États-Unis, la vie est CHÈRE ! Heureusement que la parité Euro/Dollar reste intéressante pour nous mais quand on voit dans les magasins que rien n'est en dessous du dollar, c'est étonnant. Une sucette ? 1 Dollar. Un litre d'eau ? 1.20 Dollar. Du pain de mie tranché ? 4 Dollars. Les fruits et légumes ? Fermez les yeux. Ici pour manger sain, il faut éclater son compte en banque ! J'étais persuadé que les États-Unis étaient le paradis des bonnes affaires mais force est de constater qu'il est bien difficile de faire de menues économies !
Sans transition la bouffe dans les supermarchés c'est compliqué. Non seulement on manque de repère par rapport à nos produits habituels mais c'est surtout la profusion de chips/glaces/biscuits/bonbons/pâtisseries/charcuterie/céréales/sauces/etc... qui désoriente ! La tentation est partout ! Le sucre, le sucre, le sucre ! Sans compter nos réticences d'Européens face à la viande américaine. Gonflée à l'eau salée, finie aux colorants, farcie de conservateurs quand ce ne sont pas des antibiotiques ou des hormones... Obama a du boulot pour rattraper la malbouffe aux US...
Du coup ici on n'a jamais l'impression d'avoir faim tant les portions sont grosses. De la glace au burger en passant même par la salade, les quantités servies sont disproportionnées par rapport à l'estomac humain... Ce qui est encore plus étonnant c'est qu'à SF on n'a pas croisé tant d'obèses que ça. On verra si on en voit plus sur la suite du voyage.

Les bagnoles ! Haaaaa les bagnoles !! Je n'ai pas fini d'en parler... Je dois croiser au bas mot 20 Mustangs par jour. Ça me fait du bien aux yeux et aux oreilles... Je ne parle pas des pick-up RAM de 3500 Cm cube qui font un bruit d'enfer, ni des Dodge Challenger/Charger etc... qui font vibrer l'asphalte à chaque coup d'accélérateur. Aux US la grosse bagnole est reine. SUV, 4x4, crossover, décapotable... Il faut qu'elle soit (très) grosse ou puissante et si possible les deux... Bref c'est un plaisir chaque jour de voir ces énormes bestioles dévaler les routes...

Merci encore, Anne et Jean-Marc, pour votre accueil et votre amitié !

Remplis sous: Holidays Aucun commentaire
11Mar/122

Bons baisers de Bruxelles

Il y a quelques jours, nous sommes allés passer un très long weekend à Bruxelles, capitale mondiale de la bière, des frites et des choux ! Voici le récit de notre séjour façon carnet de bord.

JOUR 1 - Mercredi
Après une grasse matinée, nous commençons notre séjour par une balade à pied, partant du quartier de Scharbeek où nous résidons, pour arriver à la Grand Place, haut lieu du tourisme bruxellois. En cours de route, ce qui me frappe d'abord, c'est le style de l'architecture locale. Je dirais qu'il est très proche du style anglais, avec des façades de brique rouge, des immeubles disparates et un entretien qui laisse parfois à désirer. Le ciel bas favorise aussi probablement cette impression... La Chaussée de Louvain est un quartier très populaire où se côtoient kebabs, épiceries, coiffeurs, boutiques africaines et autres petits commerces de proximité. La population turque et marocaine y sont très présentes et font partie de ce paysage multiculturel et multi ethnique.

Au gré des rues, nous tombons sur l'immense cathédrale de Saint Michel et Gudule puis nous découvrons les magasins chics des Galeries Royales Saint-Hubert avant d'arriver sur la Grand-Place de Bruxelles. Tout simplement classée au patrimoine mondial de l'Unesco, cette place pavée est bordée de maisons magnifiques. Leur devanture travaillée et riche en détails captent le regard pendant de longues minutes.

De la Grand-Place au Manneken Pis il n'y a qu'un pas. Tout petit, tout ridicule, collé dans un recoin entre deux rues, la statue du garçonnet attire du monde. Pas vraiment de quoi fouetter un chat français même si ce gosse impudique offre tout de même une vision étonnante. Manneken Pis ne semble pas arriver à faire passer son envie pressante mais il est vrai que la bière belge fait cet effet... A noter que sa copine Jeanneke Pis habite à quelques rues de là et s'expose également sans pudeur aucune.

Nous passons le reste de l'après midi à nous balader en centre ville, à découvrir les magasins, les batiments et les nombreuses galeries d'art que compte la ville. Avec des noms aussi chantants que la Rue au Beurre, la Rue des Bouchers, la Place du Marché aux Herbes ou la Rue de la Montagne aux Herbes Potagères, le centre ville de Bruxelles respire la gourmandise.

Le soir nous rencontrons Peggy, amie de quasiment vingt ans, que je n'avais pas revu depuis 2003. Quel plaisir ! Nous avons fêté ça en buvant quelques bières et en se réunissant dans un petit restaurant de la Grand-Place.

Lien vers les photos de tout le séjour

JOUR 2 - Jeudi
Nous nous sommes encore levés tard. Il faut dire que les vacances ont du bon. On se lève tôt toute l'année et en plus on n'a pas les enfants. Carpe diem !
Jeudi "matin" nous nous rendons au Centre Belge de la Bande Dessinée. Des centaines de pages à lire, Spirou et le Journal de Tintin un peu partout et tous les auteurs de BD belges célébrés en quelques bulles. Une visite intéressante malgré le fait que tous les auteurs de BD belges semblent être morts désormais. Au CBBD, on célèbre Hergé, Franquin, Roba (Boule et Bill), Peyo (Les Schtroumpfs), Charlier et Hubinon (Buck Danny), Jacobs (Blake et Mortimer), Morris (Lucky Luke), etc... De grands noms, mais ils sont tous morts ! Alors quid de la nouvelle génération ? Le CBBD semble parfois relever du musée de paléontologie mais la visite est plaisante. Enfin, si la boutique du CBBD est bien fournie en références de bandes dessinées, j'ai mieux trouvé mon bonheur au Comics Cafe, mieux achalandé selon moi.

Nous passons l'après-midi aux alentours de la Place Royale, aux portes du Musée Magritte et du Musée des Instruments de Musique (que nous n'arriverons pas à visiter...). Nous poussons jusqu'à la place des Sablons pensant trouver les meilleurs chocolats de la ville chez Pierre Marcolini. Nous n'y avons rien trouvé d'exceptionnel à part... à part ce que je considère être sans doute le meilleur chocolat chaud qu'il m'ait été donné de gouter... Onctueux voire épais, subtilement parfumé, chaud comme il faut et surtout très savoureux. Un pur délice !

Le soir nous nous rendons dans quelques bars du quartier des Halles Saint-Géry, puis dans un restau où les "spare ribs" sont à volonté avant d'aller nous commettre au Délirium Café, haut lieu de la picole bruxelloise. Un bar qui propose 2500 références de bières bouteille et une trentaine de bières pression, ça ne se refuse pas Monsieur, ça ne se refuse pas... Cet endroit est l'un des temples de la bière belge, une véritable Mecque du houblon où il fait bon déguster une belle brune ou une blonde pétillante !

Lien vers les photos de tout le séjour

JOUR 3 - Vendredi
Au 3eme jour, nous prenons la direction de Bruges depuis la Gare du Nord. Bruges est située au Nord Ouest de Bruxelles, à une dizaine de kilomètres de la côte, en pleine région Flamande. Là-bas, on n'écrit point en françois, tout est en néerlandais. La ville est adorable (même sous un ciel gris), on l'appelle d'ailleurs la "Venise du Nord" à cause des nombreux canaux qui la traversent. Les maisons sont quasi exclusivement faites de brique et ressemblent pour la plupart à des petites bicoques. Nous passons quelques heures à déambuler dans les rues de Bruges, à regarder les batiments, à admirer les nombreuses églises et à baver devant les innombrables boutiques de biscuits, de chocolats et autres gourmandises locales.

De retour à Bruxelles, nous partons boire l'apéro au Monk Café avant d'aller nous régaler d'un "gourmet" burger chez Ellis. Ensuite, direction le Floris Bar, réputé pour ses 140 références d’absinthe ; une paille ! Complètement perdus dans le catalogue d'absinthes on finit par se faire conseiller par le barman. N'y connaissant pas grand chose, je me laisse guider vers une première absinthe d'amateur (agréable) puis vers une autre référence pour les pros, plus raide (70° et moins anisée) que j'ai eu un peu de mal à apprécier à sa juste valeur... Bref, le Floris Bar est une autre institution de Bruxelles qu'il ne faut pas manquer !

Lien vers les photos de tout le séjour

Jour 4 - Samedi
Samedi, nous programmons notre journée avec nos ôtes, Jean Mich' et Claire. Nous partons visiter une brasserie, une vraie de vraie, qui fabrique sa bière à l'ancienne. A l'occasion d'un "brassin public" (sorte de journée portes ouvertes) nous découvrons l'intérieur de la Brasserie Cantillon et regardons les artisans à l'action. Dans la mesure où la bière artisanale ne se fait qu'au début et à la fin de l'hiver, nous avons vraiment de la chance de pouvoir effectuer cette visite. Chez Cantillon, la bière est brassée à l'ancienne (dans des équipements anciens) et la fermentation du moût n'est pas provoquée par des levures chimiques mais par des mais plutôt par des ferments sauvages (bactéries et levures présentes dans l'air). La visite est très instructive et me permet de découvrir les techniques de fabrication de l'une de mes boissons préférées. De plus j'apprends que l'on assemble les bières comme on le fait pour le vin et que certaines bières peuvent se garder dix ans, tout en s'affinant.

En milieu d'après midi, nous prenons le bus pour la Place Flagey, au Sud de la Bruxelles. L'objectif ? Tout simplement les meilleures frites de la ville ! La frite étant quasiment l'emblème de la Belgique, on ne pouvait rater ça pour rien au monde ! Malgré la concurrence du fritcot "Maison Antoine" situé Place Jourdan, "Frit Flagey" reste N°1 du Top 49 (oui 49...) des meilleures friteries bruxelloises. Au beau milieu de l'après-midi, nous faisons la queue 30 minutes, avec une vingtaine d'autres personnes, dans un vent froid pour nous faire servir ce fameux cornet de frites. L'attente est longue mais on n'est pas déçu ! Les frites sont bien chaudes, toutes croustillantes à souhait, fondantes également et salées à point. Une vraie gourmandise...

Du coup, pour équilibrer le milieu digestif, nous nous empressons de rejoindre un caviste en bière (Délices et Caprices) puis, une autre institution de Bruxelles, j'ai nommé le café bistrot "A la mort subite". La spécialité locale est la gueuze sur lie, servie à température ambiante et plutôt acidulée. Dans un décor rétro qui me fait penser au Café du Commerce à Paris, les gens consomment principalement de la bière accompagnée de la traditionnelle portion de fromage en cube (gouda), saupoudré de sel de céleri et servi avec de la moutarde douce. Tout un programme !

Lien vers les photos de tout le séjour

Jour 5 - dimanche
Nous repartons vers Bordeaux, bien tristes de quitter les charmes de Bruxelles.

BILAN
En un mot j'ai beaucoup aimé Bruxelles !! Avec l’œil attentif du touriste, j'ai remarqué plusieurs choses qui ne frappent apparemment plus les autochtones... En vrac : j'ai vu énormément de petits commerces, pas beaucoup de grandes enseignes, on trouve un nombre hallucinant de restaurants, snacks, bars, kebabs, vente de gaufres etc... les restaurants italiens sont légion (pourquoi ?), les Belges disent "s'il vous plait" à la place de "merci" (c'est assez surprenant), j'ai vu beaucoup de galeries d'art et de salle d'exposition (c'est agréable), la bière est traitée comme une boisson de qualité (cavistes, brasseries, magasins spécialisés...) tout en restant très abordable à l'achat...

Bref, vive Bruxelles et nous avons déjà hâte d'y retourner !!
Merci infiniment à Jean Michel pour son accueil et sa générosité. A bientôt mon ami.
Merci à Pej 🙂 de nous avoir suivi deux soirs de suite, malgré la fatigue. C'était vraiment cool !!


Remplis sous: Holidays 2 Commentaires
26Fév/120

Ski à Los Angeles

Ce weekend on est allé skier à Los Angeles. Bon ok, en vrai la station s'appelle "Les Angles" mais je me suis dit que ça sonnait suffisamment proche et que ça aurait plus de classe...

4 heures de voiture (en passant par Toulouse, Limoux et Quillan) nous ont mené à Rouze, en plein pays Cathare. Fort de ses 91 habitants (recensement 2008), le petit village nous a accueilli pour 2 nuits. Nous avons débarqué à 5 dans une maison ancienne et nous sommes réchauffés au coin du feu à grand renfort de vin et de raclette. A Rouze c'est vraiment très roots...

Samedi nous sommes parti à la station des Angles pour toute la journée (11h - 17h) et dimanche nous n'avons fait qu'une demi journée de ski à la petite station de Mijanès. Les tire-fesses ont eu raison de nous après quelques dizaines de remontées. Après la journée de la veille, il n'y avait plus grand chose à attendre de nous.

Au final, on a passé d’excellents moments à skier entre amis et on a eu une météo idéale tout le weekend. Que demander de mieux ?

Merci à Steph et à son Grand-père pour l'hospitalité (et pour les petits mots affichés dans la maison). Merci à Chris pour avoir fait la route et aussi parce qu'il est tout simplement le meilleur (tout le temps). Merci à PZ pour avoir été mon partenaire snowboard des dernières descentes (et pour sa descente impeccable des bouteilles de rouge) !

Bientôt la vidéo 🙂

Remplis sous: Holidays Aucun commentaire
21Sep/110

The lighthouse

Non l'été n'est pas fini, je vous le jure ! Les photos sont là pour en attester...

Après notre semaine de vacances en Bretagne, nous sommes allés faire un tour sur l'île d'Oléron que nous avions déjà découvert à moto en 2009. Cette fois nous sommes resté 4 jours entre Saint Denis d'Oléron et Chassiron, tout au Nord de l'île, tout près de chez l'ami Manu et de chez Coco la reine de la tapenade 😉
Sans avoir été particulièrement subjugué par la beauté de l'île, j'ai beaucoup apprécié la proximité de l'océan (notamment la côte sauvage). La nature y semble préservée, la vie lente et douce. Parfait pour les vacances !

J'en ai profité pour... faire voler mon avion r/c tout près du Phare de Chassiron, depuis la côte. Il y a toujours eu beaucoup de vent et malgré mon appréhension, l'avion a très bien volé. Le vent fort et constant permettait de faire des décollages impressionnants avec des taux de montée inégalés. Le fait de monter rapidement me permettait de couper le moteur au bout de 30 secondes et de n'utiliser que la force du vent pour aller et venir. Depuis, je regrette un peu les jours sans vent...

Ps : promis, bientôt je passe à la HD...

9Mai/101

Bleu de France !

Avec une semaine de retard, voici comment s'est déroulée notre semaine de croisière en Méditerranée...

Montés à bord du "Bleu de France" dimanche après-midi à Marseille, nous n'avons pas mis beaucoup de temps pour découvrir les joies de la croisière "all inclusive". Repas et boissons à volonté, une petite cabine au raz des flots, quantité de bars et de "lounges", beaucoup de ponts pour admirer la mer, 2 piscines, un spa, une salle de sport, un casino, une discothèque, etc... de quoi passer de longues heures en mer sans trouver le temps long ! Et 400 membres d'équipage pour 600 passagers, c'est un ratio qui donne une idée de l'excellent niveau du service à bord.

Même si la moyenne d'âge frise quand même avec les 50 ans, on trouve quand même pas mal de jeunes à bord, avec ou sans enfants. En tous cas assez pour tordre le cou à la vieille idée reçue qui consiste à dire que les croisières c'est pour les vieux ! Évidemment il y a un côté club de vacances à cause des animations et des activités programmées (escales, heures de repas, spectacles...) mais rien n'est obligatoire. En même temps, se laisser porter c'est un peu le but du jeu alors ce côté club est accepté avec bon cœur. Seuls les vrais beaufs sont pénibles à supporter et il ne s'agit jamais de "vieux". Ces gens sont la caricature du Français en voyage et leurs attitudes sans gène sont hallucinantes.

Tout le reste a un parfait goût de vacances et le mode de déplacement incite à prendre son temps. La liste des cocktails est loooongue, de quoi se faire plaisir plusieurs fois par jour en consolidant sa culture en matière de boissons alcoolisées !

Le bateau - le Bleu de France

imgp0889.JPGimgp0899.JPGimgp0922.JPGimgp0927.JPG
imgp0936.JPGimgp0942.JPGimgp1161.JPGimgp1164.JPG
imgp1168.JPGimgp1223.JPGimgp1231.JPGimgp1234.JPG
imgp1236.JPGimgp1240.JPGimgp1246.JPGimgp1249.JPG
imgp1253.JPGimgp1256.JPGimgp1270.JPG

La Sardaigne

Lundi matin nous sommes arrivés à Olbia, en Sardaigne. Pour le premier jour nous avons décidé de payer une excursion pour visiter un peu plus que la ville portuaire de notre arrivée. En quelques heures, nous avons pu nous faire une idée du paysage côtier de cette ile grise, verte et bleue. Les rivages et la couleur de l'eau donnent envie de se baigner mais la température est relativement prohibitive !

imgp0957.JPGimgp0961.JPGimgp0971.JPGimgp0976.JPG

Palerme

Mardi nous avons fait escale à Palerme après une nuit de voyage. Après un petit déjeuner au soleil nous avons pris la route du centre ville. Les premières impressions se confirmeront tout au long de la journée de balade. Une ville bruyante, brouillonne, hyperactive, pauvre et sale. On est loin de l'image d'Épinal de la ville méditerranéenne posée en bord de rivage et proposant une vie au ralenti sous le soleil. A Palerme, le 2 roues est roi (si possible sans casque), la voiture est reine et le piéton n'est rien. Tous les véhicules sont garés sur les trottoirs déjà extrêmement étroits et on manque de se faire renverser à tout instant par un chauffard à 4 ou 2 roues. N'amenez pas vos enfants à Palerme ou alors attendez vous à l'effet sélection naturelle... Parcourue à pied, on se rend compte à quel point cette ville touristique est incroyablement pauvre. Les minuscules rues ne sont pas entretenues et les habitants s'empilent dans des immeubles délabrés. Le linge pend aux fenêtres ce qui pourrait être charmant sous un jour différent. Les détritus et les poubelles jonchent le sol, lui même en bien mauvais état. Pourtant, il n'en faudrait pas beaucoup pour rendre la ville plus attirante. Il faudrait nettoyer les rues, redonner un coup de peinture aux façades pour leur rendre leur charme initial, redonner sa place au piéton. Les monuments de la ville bénéficieraient alors d'un cadre propice à leur admiration. Les marchés sont quant à eux remarquables. Ils s'étendent à longueur de ruelles et proposent une quantité impressionnante de fruits et légumes, de poissons (beaucoup de poulpe) et de bricoles de toutes sortes. Évidemment même dans ces ruelles étroites et encombrées, le piéton est obligé d'éviter les scooters, véritable prolongements des jambes du Palermois (Palermoisien ?). En un mot il vaut mieux éviter Palerme sur son circuit touristique ou y aller en connaissance de cause.

imgp0981.JPGimgp0986.JPGimgp0995.JPGimgp1003.JPG
imgp1007.JPGimgp1018.JPGimgp1021.JPGimgp1032.JPG

Malte

Mercredi nous avons accosté à Malte et plus particulièrement dans le port de Valetta situé à l'Est de l'ile. Dès notre arrivée et avant même la descente du bateau nous avons pu admirer le charme des constructions de la ville ainsi que les fortifications omniprésentes dressées entre terre et mer. Les petites rues quadrillent méthodiquement Valetta et la cité se parcourt à pied, au calme et le nez en l'air. Nous avons découvert les jardins surplombant le port ainsi que les places plus populaires. Le passé colonial anglais se ressent encore beaucoup à Malte où l'on roule à gauche et où quasiment tout le monde parle l'anglais en plus du maltais, mélange d'arabe et d'autres influences méditerranéennes. Valetta est la petite ville calme et charmante que nous attendions après Palerme !

imgp1050.JPGimgp1051.JPGimgp1060.JPGimgp1070.JPG
imgp1072.JPGimgp1074.JPGimgp1086.JPG

Sidi Bou Saïd & Tunis

Jeudi matin nous sommes arrivés au port de Tunis. Après le petit déjeuner nous sommes descendus à quai dans l'intention de trouver un train pour le village de Sidi Bou Saïd. Avant même d'être sortis du port, des dromeliers exposaient leurs bêtes et nous proposaient un tour à dos de dromadaire. Kitch. Dans le magasin de souvenirs du port (déjà !) un homme nous remet un bouquet de jasmin en bouton. Cela ne prend que quelques secondes pour comprendre que le bouquet n'est pas gratuit et qu'il va falloir faire des pirouettes pour rendre le bouquet à son propriétaire sans lâcher un sou. Une fois sortis, c'est une nuée de chauffeurs de taxi qui nous saute dessus. Un circuit par ci, un tarif moins cher par là... Nous esquivons la première vague. Un autre chauffeur nous aborde et nous dit que les autres sont des escrocs. Ce dernier annonce des prix deux fois moins chers, finalement équivalents au prix du billet de train. Nous le suivons. Sa voiture est cachée sur le côté d'une station service. Surgit alors un flic en civil qui se met à contrôler le taxi et nous fait signe de nous en aller. Visiblement le taxi était clandestin ; nous repartons en quête de la gare ferroviaire. 3 minutes plus tard, le taxi surgit de nouveau, limite en dérapage, ouvre la porte arrière droite et nous dit "montez montez !". Un peu interloqués, nous finissons par monter à bord et le laissons nous amener à Sidi Bou Saïd où il nous attendra pendant la durée de notre visite. Sidi Bou Saïd est un village pittoresque fait de maisons aux peintures blanches et bleues, qui se parcourt à pied (c'est là que se trouve le Café des Délices chanté par P. Bruel). Les boutiques de "souvenirs" sont légion. Tous les vendeurs vous invitent à rentrer avec grande insistance. L'un d'eux me dit "Tu prends ce que tu veux, je te donne un prix, tu es d'accord tu achètes, tu es pas d'accord tu achètes pas mais on reste toujours amis". Au final on choisit 2 petits vêtement de faible valeur (estimation 20 Euros pour le tout). Le vendeur nous explique que ça vaut 70 € mais qu'il n'en demande que 60. Limite choqués, on se tâte à sortir bredouille. Finalement le prix chute à 40 puis 35 avec un "cadeau". A la dernière minute, nous négocions le tout à 30 Euros avec encore le sentiment de nous faire rouler... Le vendeur accepte le prix avec une tête d'enterrement et nous sortons un peu sonnés... En Tunisie, tout est sujet à négociation, à marchandage, à extorsion. Après Sidi Bou Saïd, nous demandons au taxi de nous emmener à la Médina, le souk de Tunis. Re prix exorbitant, re marchandage, re enfumade. Arrivés à la Médina on se rend compte à quel point notre front est marqué d'un sigle "TOURISTES" probablement jaune fluo. Tous les marchands nous invitent à jeter un œil à leurs babioles avec des arguments commerciaux puissants. "Chez moi c'est moins cher" "Juste pour voir" "Moins cher que gratuit"... Les mêmes articles se vendent boutique après boutique, à se demander comment ils font leur beurre. Les rues sont exigües et bondées. Tout le monde se bouscule et se suit dans un gai foutoir. Pour trouver des boutiques plus authentiques et des quartier plus agréables, il faut bifurquer sur des rues adjacentes aux artères principales, quitte à se perdre un peu. Le manque de prix et donc de repère est un peu fatiguant. Le retour au bateau (où tout est gratuit...) est reposant !

imgp1093.JPGimgp1098.JPGimgp1106.JPGimgp1110.JPG
imgp1112.JPGimgp1118.JPGimgp1124.JPGimgp1131.JPG
imgp1132.JPG imgp1134.JPG

Ibiza

Vendredi soir nous sommes arrivés dans le port d'Ibiza. Rien de spécial à dire sur cette destination si ce n'est qu'Ibiza est une cité balnéaire espagnole comme les autres, c'est à dire bien bétonnée et en pleine construction. Seule l'ancienne ville est intéressante à visiter et se parcourt à pied. En 2 heures tout est dit et il ne reste plus qu'à partir en discothèque. Bon à 50€ le ticket d'entrée, surtout en avril, je passe mon tour.

imgp1177.JPGimgp1194.JPGimgp1195.JPGimgp1196.JPG
imgp1203.JPG imgp1204.JPG imgp1213.JPG

Samedi matin nous sommes repartis en direction de Marseille pour un dernier trajet de 24h. Nous avons croisé quelques dauphins et une baleine en guise de cerise sur le gâteau. Une mer d'huile et du soleil pour nous accompagner jusqu'à destination et pour clore une belle semaine de plaisir et de calme.

Remplis sous: Holidays 1 commentaire
4Mai/101

Cruise Pix Animation

Avant de poster le petit journal de bord de notre semaine de croisière, voici un diaporama en guise d'avant goût !

Remplis sous: Holidays 1 commentaire
18Avr/100

Goat farm

Ce weekend nous sommes revenus chez notre fermière Landaise préférée, j'ai nommé Géraldine ! Ça faisait presque un an qu'on ne s'était pas vus et la naissance de 7 petits chevreaux était la bonne occasion pour organiser un nouveau weekend à la ferme. J'ai déjà fait plusieurs articles sur ce petit bout de paradis mais je constate toujours le même plaisir à redécouvrir le clapier, le poulailler, la chèvrerie, les enclos et autres mares. Cet endroit est un rêve pour les enfants. Beaucoup d'espace, beaucoup d'animaux en tous genres, beaucoup de jouets, beaucoup de choses à découvrir !

Les biques
imgp0669.JPG imgp0670.JPG imgp0697.JPG
imgp0727.JPG imgp0729.JPG imgp0804.JPG

Depuis l'an dernier, pas beaucoup de changements si ce n'est l'acquisition d'une fromagerie flambant neuve ! Une fromagerie, c'est tout simplement une pièce (style Algeco) maintenue à température et à hygrométrie constante (tiède et humide) dans laquelle les fromages peuvent être préparés avec une grande hygiène. Les fromages y sont fabriqués mais ne peuvent pas y être entreposés pour l'affinage à cause de l'humidité trop importante. L'affinage se fait dans une pièce à part sur des étagères spéciales.

La traite des 4 chèvres se fait deux fois par jour (6h30 et 17h) et les 10 litres de lait récoltés à chaque traite sont immédiatement filtrés et stockés au frais. 20 litres de lait donneront une vingtaine de fromages (ou faisselles) qui seront moulés et assaisonnés différemment. A l'échalote, aux herbes, à l'ail, cendré, nature... le fromage s'habille de bien des façons. Ensuite sa saveur changera selon qu'il sera frais, moelleux, demi-sec, sec, etc... Bref la fabrication de ces petites spécialités est un travail très exigeant mais vraiment gratifiant, les fromages de chèvre sont un vrai délice.

La traite
imgp0745.JPG imgp0748.JPG imgp0752.JPG

imgp0755.JPG imgp0759.JPG imgp0625.JPG

Nous avons également goûté à l'excellent foie gras maison grâce à un don généreux de quelques canards du jardin. Malheureusement les petits cabris, si mignons, devront aussi passer à la casserole d'ici quelques semaines. Un crève cœur, mais c'est la dure vie de la ferme...

La bouffe
imgp0640.JPG imgp0642.JPG imgp0789.JPG

Easy farm life
imgp0679.JPG imgp0786.JPG imgp0682.JPG
imgp0736.JPG imgp0741.JPG imgp0775.JPG
imgp0828.JPG imgp0861.JPG imgp0872.JPG

Bref un weekend au calme, sous le soleil et près des animaux ; une vie plus proche de la nature. J'aurais voulu que ces vacances hebdomadaires durent plus longtemps 🙂

Remplis sous: Holidays Aucun commentaire
8Avr/100

Robpix VI

Le weekend de Pâques a été l'occasion de faire de nouvelles photos, notamment de mes petits chéris. J'ai sélectionné quelques clichés pour les partager sur mon blog.

imgp0314.jpg imgp0533.jpg imgp0562.jpg

imgp0498.jpg imgp0529.jpg imgp0540.jpg

imgp0549.jpg imgp0547.jpg imgp0536.jpg

J'aime profondément ces enfants qui font mon bonheur chaque jour !