Robson 40°20'S, 10°0'W 350 km South East of Tristan da Cunha

13Juin/123

Meeting aérien Mont de Marsan 2012

Après l'édition de 2007, la Base Aérienne 118 de Mont de Marsan a remis le couvert le 3 juin 2012 avec une journée portes ouvertes des plus réussies.

Malgré les mauvaises prévisions météo, nous nous sommes rendus à la base aux environs de midi, juste à temps pour faire le tour de l'exposition statique avant que les démonstrations aériennes ne commencent. Au sol comme dans les airs, seuls des avions militaires français étaient au rendez-vous pour cause de restriction budgétaire, la FOSA n'étant pas en mesure de financer le meeting cette année. Mais entre les Rafales, les Mirages (F1 et 2000), les Alphajets, le Tigre et le Caracal on a été copieusement servi !

On a eu droit à un spectacle ininterrompu de 14h à 17h30, époustouflant et assourdissant comme toujours !
J'ai particulièrement aimé la démonstration de récupération de pilotes éjectés mettant en scène un Rafale, un Mirage 2000 et un Caracal. La brochette de militaires pendus à cette corde était vraiment impressionnante à voir. J'ai également été ravi de voir voler l'un des 4 AWACS (Boeing E-3 F) de l'armée française. Il a survolé la piste avant d'atterrir sur la base et de se ranger auprès du KC 135 (Ravitailleur) et du Transall. Des appareils exceptionnels !

En attendant la vidéo, voici quelques photos de cette belle journée et vivement le prochain grand meeting !

Ceux qui sont intéressés par les clichés d'origine peuvent les télécharger ici

Remplis sous: Aviation 3 Commentaires
21Oct/100

Tendu tendu IV

Chose promise chose due !

Je devais faire la vidéo de l'atterrissage mais je n'ai pas pu m'empêcher d'en filmer plus... Se retrouver si haut dans cet espace libre est vraiment sensationnel. Je commence à vraiment prendre certains repères là haut même si le chemin de l'autonomie est encore long. Je suis resté une heure dix en vol malgré une masse d'air froide et du vent ; j'aurais même pu rester plus longtemps en l'air mais il faut malheureusement partager... De bonne conditions pour la mi-octobre mais peut être que le fait qu'on soit le 17 m'a porté chance 🙂
Seul regret persistant, le temps de vol reste relativement court au regard du temps passé sur la piste.

Bon il ne me reste plus qu'à faire une bonne prise du décollage et la boucle sera bouclée !!

20Sep/100

Tendu tendu III

Ok c'est promis, je ne vais pas filmer chacun de mes vols ! Mais c'est tellement bon de revoir ces images que j'aurai du mal à résister... En plus, la vidéo du vol me permet de me rappeler de tel ou tel exercice ou d'un conseil donné par l'instructeur. De quoi alimenter mes notes si jamais vous voulez y jeter un coup d'œil...

Pour la prochaine vidéo (et zut) j'essaierai de bien filmer un décollage et un atterrissage (la mini caméra devra probablement être révélée à l'instructeur 😉 )

Remplis sous: Aviation Aucun commentaire
13Sep/100

Tendu tendu II

"Tendu tendu" c'est ce que le pilote de planeur annonce à la radio pour indiquer au treuil que le câble est tendu et qu'il peut commencer à enrouler sec. A partir de là Zoouuiiiiiiii ça tire sec et ça grimpe. Comme j'ai eu l'occasion de le dire à l'un de mes collègues estimés 😉 lors des premiers vols on subit cette ascension en touriste. Du coup on est un peu flippé par ce gros coup de pied aux fesses. En effectuant soi même la procédure de décollage, l'attention se porte aux instruments et aux paramètres du vol. Du coup c'est un peu moins stressant mais non moins excitant !

Pour le vol d'hier, j'ai pu embarquer ma petite cam de modélisme. D'abord délicatement logée entre mes jambes, j'ai fini par la prendre de la main gauche pour montrer l'extérieur, le sol vu d'en haut, ce magnifique paysage. La caméra a tourné près de 40 minutes, de quoi réviser toute la leçon lors d'une session de débriefing !

J'ai volé 1h05 dans des conditions atmosphériques très favorables et franchement c'était le pied. Quand le système de partage de moments de vie tel que proposé dans le film "Strange days" sera au point, je pourrai partager ces instants avec vous. En attendant je n'ai que la vidéo ...

14Juil/100

Tendu tendu

Voilà un petit montage vidéo qui montre comment sont catapultés les planeurs avec l'utilisation du treuil.
Au moment voulu, le câble auquel est accroché le planeur est rembobiné à toute vitesse. Il ne faut que quelques mètres au planeur pour décoller. Le pilote n'a plus qu'à tirer un peu sur le manche pour incliner la machine vers le ciel avec une pente de 45°. Le décollage est un moment vraiment génial.

J'ai filmé cette séquence le weekend dernier (un peu tremblotant...). C'est la première vidéo de la série et j'espère pouvoir bientôt filmer à l'intérieur du planeur (pour le moment je me concentre sur l'apprentissage 🙂 )

Planeurs - Club de Saucats - Juillet 2010 from Robson on Vimeo.

4Juil/100

Glide-eos

Ça faisait un bout de temps que je n'avais pas bloggué... Entre des semaines bien chargée et des weekends pleinement occupés, pas évident de trouver un moment...

Bref je suis allé voler cet après-midi et ce soir je me suis mis à fouiner sur youtube... Alors voilà quelques vidéos de planeurs qui ont retenu mon attention et qui avec un peu de chance, vous donneront un aperçu de ce qui peut se passer là haut !

Je vous promets que c'est pas moi qui pilote...

Un décollage au treuil, ça grimpe sec...

Si même les poules se mettent à planer...

L'autorotation fait partie de la formation. Parait que c'est génial. Pas sûr que ça me tarde... 🙂

Et un atterrissage. Le planeur peut perdre une altitude impressionnante en quelques secondes...

24Mai/105

Planant !

Hier je suis allé faire mon premier vrai vol en planeur après ma récente inscription.
Je suis arrivé à l'aérodrome de Saucats (le seul qui propose une formation de vol à voile sur Bordeaux) vers 11h pour donner un coup de main avant la session de vols de l'après midi. La préparation des planeurs consiste à brancher la batterie (pour la radio), à installer les parachutes et effectuer quelques vérifications de base. La manœuvre des aéronefs au sol pour les sortir du hangar où ils semblent tout enchevêtrés est également tout un art. Une fois sortis, il ne reste plus qu'à les amener en bout de piste en les poussant ou en les remorquant avec le tracteur de service.

p230510_1227.jpg p230510_1409_01.jpg p230510_1409_02.jpg

La météo n'était pas prometteuse malgré l'absence totale de nuages et un thermomètre flirtant avec les 27°. Malgré ce qu'on croit, un air chaud et un ciel bleu ne sont pas de bonnes conditions pour planer. Heureusement que de jolis petits moutons ont commencé à se former à l'horizon sur les coups de 13h30 / 14h. Les cumulus de beau temps sont signes de convections et permettent de mieux localiser les "pompes" (aka ascendances).

p230510_1410.jpg p230510_1410_02.jpg p230510_1430.jpg

Vers 14h nous nous sommes rapprochés des avions pour nous y installer. Un tour d'avion, quelques vérifs, quelques questions-réponses, check lists, installation du parachute, consignes de sécurité, etc... Vers 15h nous étions installés, accroché au câble de treuillage, prêts à partir. Un échange radio et le câble se tendait pour nous propulser en l'air.

p230510_1436.jpg

Le décollage au treuil est vraiment impressionnant. L'accélération ne ressemble à rien que je connaisse. Ni moto (et pourtant...) ni avion de ligne au décollage ne sont comparables. Dans le planeur, tu es littéralement scotché au dossier et dès que l'appareil s'incline à 45° pour atteindre le ciel, tes fesses s'incrustent sévèrement dans le siège. La petite fenêtre dans la verrière laisse passer l'air et produit un hurlement comparable à celui de SuperCopter en plein virage 😉
Arrivés à environ 200m le câble a cassé, provoquant le basculement de l'avion vers l'avant, façon montagne russe. Pas rassurant, ni franchement agréable pour les quelques premières minutes. On aurait dû aller se poser mais l'instructeur a décider de tenter sa chance et il a accroché rapidement !

Nous sommes restés en l'air 1h15 et j'ai récupéré les commandes pendant une petite heure. Au début, c'est très perturbant d'être "perdu" dans cette immensité dénuée de repère, sans "sentir" le contrôle du véhicule. Le pilotage d'un planeur est très fin dans la mesure où les commandes n'ont pas besoin d'être beaucoup sollicitées pour prendre effet (comparable à l'action sur un volant de voiture pour prendre une courbe). Nous sommes montés plusieurs fois au plafond de 1100m imposé à proximité de Bordeaux et nous avons quadrillé les alentours. Bref, je n'ai pas été malade (ce qui peut être le cas), j'ai pris énormément de plaisir à évoluer dans ces conditions et à admirer la région de si haut (on voyait sans problème jusqu'au Bassin ou au Pont d'Aquitaine) tout en tentant d'assimiler les rudiments de la discipline.

p230510_1533.jpg p230510_1533_01.jpg p230510_1533_02.jpg

A l'atterrissage nous avons failli entrer en collision avec un autre planeur qui ne s'était pas annoncé correctement ; l'instructeur a manœuvré sec pour nous faire atterrir au plus court et permettre à l'autre pilote de se poser dans la foulée. Intéressant.

Affaire à suivre...

Remplis sous: Aviation 5 Commentaires
17Mai/101

FDB 2010

Aujourd'hui nous sommes allés faire un tour en famille à la foire de Bordeaux. Cette année il n'y avait rien de plus exceptionnel que d'habitude (des stands à perte de vue et quelques vendeurs de soupe) mais l'expo aéronautique a quelque peu retenu mon attention 🙂

Merci à Alex et Denis pour les entrées 😉

imgp1364.JPG imgp1366.JPG
imgp1374.JPG imgp1380.JPG
imgp1368.JPG imgp1371.JPG imgp1373.JPG
imgp1387.JPG imgp1388.JPG imgp1396.JPG
imgp1391.JPG imgp1393.JPG imgp1398.JPG